Membres

lundi 24 août 2009

Pour Béatrice...et tous ceux qui aiment Venise

Voici les premières phrases de "Citrons acides", de Laurence Durrell.
"Comme le génie, les voyages sont un don des dieux. Mille circonstances diverses les préparent en secret, et quoi que l'on en pense, il est rare qu'ils soient entièrement le fait de notre volonté. Ils surgissent spontanément des plus profondes exigences de notre nature - et les plus profitables ne nous conduisent pas seulement à découvrir de nouveaux lieux, mais aussi de nouvelles richesses intérieures. Le voyage peut être une des formes les plus bénéfiques de l'introspection...
Ces réflexions m'étaient inspirées par Venise, à l'aube, sur le pont du navire qui devait m'emmener jusqu'à Chypre en passant par les îles grecques; une Venise qui tremblotait dans ses milliers de reflets, fraîche comme de la gelée. Comme si un peintre de génie, pris de folie, avait lancé sa boîte de couleurs contre le ciel pour assourdir l'oeil intérieur du monde. Eau et nuages mélangés, ruisselant de couleurs, se fondant, se chavauchant, se liquéfiant, tandis que flèches, balcons et toits flottaient dans l'espace, comme des éclats de vitrail entrevus au travers d'une douzaine d'écrans en papier de soie. Bribes d'histoires teintées de vin, de goudrons, d'ocre, de sang, de girasol et de grain mûr... Et, lentement, un bleu d'aube limpide et circonspect comme une coquille d'oeuf de pigeon venait laver le bord du ciel.
Et devant ce paysage qui flottait dans mon esprit comme une toile abstraite, devant ce mirage de cathédrales et de palais, se profilait avec netteté le visage de Stendhal, assis pour l'éternité sur une chaise à dossier droit, buvant un verre de vin au Florian..."

5 commentaires:

AnnaLivia a dit…

Merci pour cette citation!
Bonne journée!

Anne a dit…

Merci à vous, AnnaLivia, pour vos articles toujours si intéressants et vos belles photos. Bonne journée à vous aussi.
Anne

maite a dit…

Très beau texte, merci, bonne soirée

Anne a dit…

Merci, Maïté, et bonne soirée à vous aussi.
Anne

beatrice De a dit…

Merci d'avoir pris la peine de recopier ce texte magnifique, en effet.
Quand à moi, j'adore voyager. Pendant longtemps impossible de le faire. Montout premier voyage, fut pour Istambul. J'ignore encore purquoi ce choix. J'avais une amie Turque, rencontrée dans un cour de tissage sur cadre de table. peut-elle par sa présence m'en avait-elle donné l'idée ?!
Je me rappelle l'émerveillement devant tant de beauté, les mosquées, le palais de Totkapi, les trésors à l'intérieur, les ballades sur la Corne d'or, l'ambiance de la rue, les fumeurs de narguilés. la réticence des hommes quand je voulais m'asseoir ... seule... à une terrasse de café.Je tenais bon. Tout étaient nouveau pour moi. Seule, on rencontre d'autres gens qu'en voyage organisé.Et j'ai rencontré beaucoup de gens, les doléances des jeunes hommes quand à l'impossibilité de rencontrer des jeunes filles. Je devenais leurs confidente. Souvenir, souvenir...
Quand de retour à l'hôtel, je racontais mon périple, ils me disaient * mais là c'est dangereux de marcher derrière la mosquée bleue. Je n'ai jamais senti aucun danger. Quand on a pas peur, on dégage des vibrations positives, il ne vous arrive rien. Confirmé dans un cour de *dynamique mentale*. C'était du temps où il y avait des agressions dans le métro de Paris. et j'y allais .. L'entourage me le déconseillait, pourquoi, un article de journaliste. Mais, en sortant de l'opéra, je n'étais quand même pas tranquille, je demandais au gens si... Personne n'allait dans ma direction. Pas de finance, à l'époque pour prendre un taxi. Et bien, j'ai mis en pratique les cours, m'imaginant avoir deux énormes chiens à mes côtés, là !
Bonne journée.
Béatrice de Lausanne.