Membres

lundi 5 avril 2010

Réhabilitons le pissenlit


Le pissenlit est appelé plus noblement dent-de-lion, du latin dens leonis à cause de la forme de ses feuilles, ou encore Taraxacum officinale en botanique. Dans le langage des fleurs, on lui attribue la vertu de l’oracle.

Cette plante est cultivée pour ses nombreux usages thérapeutiques (feuille ou racine). Elle traite en effet les troubles digestifs mineurs, les fonctions hépatiques, biliaire et urinaire et ses feuilles possèdent des propriétés diurétiques.

Sur le plan culinaire, ses feuilles peuvent être présentées en salade ou cuites comme des épinards et ses fleurs, encore appelées capitules, rivaliseraient avec celles de la capucine pour agrémenter l’aspect de salades printanières. Il paraît même que la racine de pissenlit séchée et rôtie pourrait se substituer au café ! Le pissenlit est aussi une plante mellifère.

Enfin l’envol de ses jolies aigrettes duveteuses font le plaisir des enfants – et des plus grands – lorsqu’on souffle sur elles, à l’instar de la jeune femme qui figure sur l’emblème d’un célèbre dictionnaire.

"Pourquoi donc arrache-t-on les fleurs de pissenlit de son jardin ?" Serait-ce à cause d’une possible allergie au latex entrant dans la composition de cette plante ? Je n’en crois rien. Bien que n’ayant aucune photo pour vous en apporter la preuve, je puis vous assurer que j’ai vu des jardins en état relatif d’abandon couverts de capitules d’un jaune vif et joyeux et que j’avais moi-même volontairement laissé pousser un pissenlit – pour le seul plaisir de l’expérience – qui a fini par atteindre plus d’un mètre de haut avant que je ne décide de le couper. Par dérision, Alain l’avait baptisé Nestor et il a longtemps fait l’objet de quolibets.

En France, je ne vois que deux explications possibles au fait de vouloir ôter les pissenlits d’un jardin : le rêve à jamais inaccessible du fameux gazon anglais ou la nostalgie inconsciente du jardin à la française – imité des jardins italiens depuis le seizième siècle et trouvant son apogée au dix-septième siècle avec André Le Nôtre, maître jardinier de Louis XIV – censé dompter la nature, maîtriser à la perfection la moindre végétation, dans le but d’offrir un spectacle grandiose et exceptionnel dans lequel la géométrie s’accorderait assez mal de la sauvagerie désordonnée du pissenlit.

Mais ce n’est qu’une hypothèse de ma part. Auriez-vous d’autres idées pour répondre à la question de James ?

19 commentaires:

norma c a dit…

Je pense que votre explication est excellente, le pissenlit ferait-il trop "peuple" ?
Sa simplicité, son esthétique désordonnée peuvent déranger des esprits trop épris d'ordre et d'académisme.
Et pourtant, ses fleurs jaunes sont très belles et ...comme c'est bon, une salade de pissenlits, avec ou sans lardons !

Anne a dit…

Nous sommes d'accord, Norma. Merci de votre réponse.
Anne

James Owens a dit…

Tu as raison, je crois, c’est un désir de dompter la nature, de créer de la symétrie et de l’ordre dans un monde où ils sont assez rares, d‘apprivoiser les forces anciennes de la terre. Et j’apprécie la beauté d’un vrai jardin français ou anglais … mais surtout j’aime et recherche un peu de chaos dans la géométrie :-)

Anne a dit…

Oui, James. D'ailleurs, les plantes ne s'épanouissent pas toujours mieux là où on a décidé de les mettre et on est obligé de les replanter à un autre endroit qui leur convient davantage.
Anne

VenetiaMicio a dit…

Et bien moi, je les laisse vivre avec toutes les autres fleurs. D'ailleurs ma petite Tosca aime bien les cueillir et les joindre actuellement aux petites étoiles mauves dont je ne connais pas le nom, lorsqu'elle me fait un petit bouquet !
bonne et belle journée à vous Anne
Ici il fait du vent et il est glacial, malgré le soleil !
Danielle

Minemine et coe a dit…

J'ai toujours pensé qu'il fallait couper les pissenlits avant l'apparition des aigrettes duveteuses par égard pour les gens allergiques au pollen des plantes. J'aime bien les pissenlits et un champ de pissenlits, je suis pour mais pas un champ d'aigrettes duveteuses et je ne suis pas allergique. Tu as raison Anne, mon reproche c'est que ça fait désordre.

Linda

Anne a dit…

Bravo, Danielle! Les enfants savent reconnaître d'instinct les acoords de couleur et Tosca doit composer de ravissants bouquets. J'espère que le vent chez vous va devenir doux et laissera la chaleur du soleil vous réchauffer. Bonne journée!
Anne

Anne a dit…

Linda, c'est tout à ton honneur de penser ainsi aux autres et c'est bien aussi d'avoir différents points de vue. Merci de ta réponse.
Bonne journée!
Anne

ELFI CELLA a dit…

je vote POUR la réhabilitation !!!!
J'ADOOOORE!

Anne a dit…

Merci, Elfi Cella! Bonne soirée!
Anne

Les Idées Heureuses a dit…

Le pissenlit, plante au fort tempérament, s'installe où il veut, souvent il peut déranger, mais il est tellement utile à la pollinisation, et si lumineux. Pour ma part je les laisse pousser dans les murets, mais il m'arrive de les "tailler" sans les déraciner lorsqu'ils sont au milieu d'une allée. C'est une plante aux puissantes et profondes racines.
Lorsque j'étais toute petit j'adorais en faire des bouquets que je calibrais entre le pouce et l'index, bouquet bien rond, aux queues parfaitement alignées.
Ma grand-mère avait pour habitude de les mettre dans une assiette avec de l'eau et de les installer comme une couronne.

VenetiaMicio a dit…

Une petite visite pour vous proposer un petit jeu qui vous attend chez VenetiaMicio, si vous le souhaitez bien sûr !
Bonne journée
Danielle

Anne a dit…

Merci, Martine, de nous communiquer l'idée de décoration florale de votre grand-mère. Je l'essaierai. Je vous souhaite une très bonne journée.
Anne

Anne a dit…

Danielle, je vais de ce pas virtuel consulter votre blog. A presto!
Anne

Astheval a dit…

J'aime beaucoup les pissenlits mais je crois que mes chevaux les aiment encore plus ! Si je les coupe, c'est seulement pour les régaler.

Anne a dit…

Bonjour, Astheval et merci de votre commentaire. J'espère qu'il fait beau là où vous êtes et que vous pouvez faire de belles balades à cheval.
Anne

Astheval a dit…

Merci Anne, j'ai en effet eu la chance de profiter du soleil et des chevaux ce week-end.

Jean a dit…

"...En France, je ne vois que deux explications possibles au fait de vouloir ôter les pissenlits d’un jardin ...."

Ici , à la maison , nous dirions :quelles sont les explications au fait que les pissenlits qui poussent si bien chez les voisins refusent de prospérer chez nous ?

A défaut , nous semons le pissenlit cultivé .
Mais il est moins bon que le sauvage .
Savez vous qu'autrefois , au printemps , à la campagne , tout le monde faisait des infusions de racines de pissenlits ?
Mais ...je préfère les feuilles en salade !

Anne a dit…

Merci, Jean, de votre commentaire. Pourriez-vous me dire quelles propriétés avaient ces infusions? Avez-vous eu l'occasion d'en boire?
Je vous souhaite une bonne fin de semaine.
Anne