Membres

mercredi 19 juin 2013

Un peu de lecture...


Récemment, grâce à Marie-Josée du blog "Petits essais en forme de notules" (lire sa publication du vendredi 3 mai 2013), j'ai découvert et tout de suite aimé cette oeuvre de Germaine Guèvremont. Pourquoi cet attrait immédiat ?
D'abord pour la sensualité de l'écriture : on est plongé dans une nature d'une beauté grandiose que l'homme doit parfois affronter mais qui peut se révéler sublime et, cette nature, on la respire, on la vit, il nous est donné de l'imaginer par tous nos sens.
Ensuite, pour l'impression d'une familiarité que je qualifierais de "voisine": les caractères forts, les passions retenues et silencieuses, le courage, la vie quotidienne à la campagne, n'étaient pas si différents au Canada et en France, si ce n'est par des conditions climatiques contrastées, intenses, et des espaces bien plus grands au Canada.
J'ai beaucoup aimé certaines expressions pour leur couleur poétique, leur originalité, leur humour parfois. Par exemple, j'adore le mot "contraireux" et je vais certainement l'intégrer à mon vocabulaire personnel. Un contraireux, nous en connaissons tous et nous en sommes aussi, de temps en temps. Il s'agit d'une personne au caractère bien trempé, à laquelle on n'ose suggérer une nouvelle idée qu'avec d'infinies précautions, de la subtilité, sous peine d'obtenir l'effet inverse de celui souhaité, tant cette personne s'ingénie à vous contredire, pour le principe ou de manière aussi inconsciente, cette contradiction pouvant être inhérente à sa personnalité.
J'aime aussi "à la brunante" (à la nuit tombante), un "quêteux" (un mendiant, avec une nuance liée à la religion, comme la différence entre la charité et la solidarité, par exemple), et  bien d'autres expressions encore que chacun doit avoir le plaisir de découvrir et de s'approprier.
Un lexique à la fin du livre explique sobrement le vocabulaire sur lequel on peut s'interroger, bien que le contexte permette de comprendre la plupart des mots.
Cependant, j'ai encore quelques questions, que voici :
  • Qu'est-ce que "les tartes à Lafayette"?
  • Le verbe "greyer" (préparer, équiper), viendrait-il du mot "gréer"?
Pas un mot de trop, pas un qui manque ou qui soit équivoque : une écriture serrée, tenue, vigoureuse et fière, comme celle de Germaine Guèvremont, sont de celles que j'apprécie.
J'ai hâte à présent de lire "Le survenant". J'ai insisté auprès de mon libraire de Limoges pour qu'il me le procure.
Marie-Josée m'informe du fait qu'on peut trouver cet ouvrage à la Librairie du Québec, à Paris. Je n'hésiterai donc pas à solliciter ses libraires si besoin.
 
En attendant sa réponse, j'ai commencé (et presque terminé) :
 
 
Il s'agit d'une biographie où l'Histoire tient une large place - impossible de la séparer de De Gaulle - mais c'est Philippe Le Guillou qui l'a écrite, autant dire que ce livre est passionnant, bouleversant, avec des pensées philosophiques profondes et vraies, et qu'un élan, un souffle maîtrisé - donc plus fort et plus durable - porte l'écriture.
 
 
 

10 commentaires:

Michelaise a dit…

Et bien, voilà deux recommandations pour l'été, merci Anne... je crois que je vais me laisser tenter par GG, autrement dit Germaine Guèvremont

Album vénitien a dit…

ce livre vous a plu et vous en parlez si bien .Je note ses références et j'espère que ma bibliothèque pourra m'en faire profiter.Belle fin de semaine à vous, Anne.

norma c a dit…

J'avais raté ce billet de Marie-Josée, mais vous me donnez envie de lire ce livre, Anne.
J'ai bien aimé les "contraireux", cela me rappelle quelqu'un (pour tout dire un recteur) avec qui j'ai travaillé il y a quelques années...
Il était tellement "contraireux" qu'on arrivait à obtenir de lui ce que l'on souhaitait en lui présentant le contraire de ce que l'on pensait ; je sais, cela s'appelle de la manipulation...
Très bonne soirée, Anne, amitiés.

Anne a dit…

Michelaise, vous ne le regretterez pas. Bonne lecture!

Anne a dit…

Danielle, j'espère que vous trouverez ce livre et que vous en aimerez la découverte autant que moi. Bonne soirée!

Anne a dit…

Il n'y a aucun mal, Norma, car je suis sûre que vous avez œuvré pour une juste cause. J'imagine même que ce devait être assez cocasse...
Très bonne soirée à vous!

Marie-Josée a dit…

Bonjour Anne,

Même si je fais une petite pause dans la rédaction de mes billets, je ne peux m'empêcher de regarder ce qui paraît dans les blogs amis, et j'ai bien fait de m'arrêter au vôtre...

Selon le glossaire à la fin du Survenant, les tartes à Lafayette ne sont pas du tout des tartes! Il s'agit plutôt de deux gâteaux blancs «superposés que sépare une couche de confiture, et recouvert[s] de glace ou de crème fouettée». Nous mangerons bientôt une variante de ce dessert, car les fraises arrivant pour la St-Jean-Baptiste (24 juin) nous inciteront à préparer des shortcakes : le gâteau blanc devient gâteau des anges et la confiture est remplacée par des fraises...

Quant au verbe «gréyer» venant de «gréer» comme vous le soupçonniez, on donne comme définition : «se pourvoir de ce dont on a besoin»...J'ajouterai, comme touche personnelle, qu'il est probable que ce verbe fait partie d'un ensemble de mots influencé par le vocabulaire maritime. Il arrive ainsi souvent que l'on dira «Embarque dans l'auto» plutôt que «monte», du moins, dans le cas des gens moins éduqués ou plus âgés.

Mon billet sur le joual se fera lorsque la carcasse et ceux qui la soignent donneront leur OK. Je demeure tout de même disponible pour la correspondance, et ma proposition concernant le glossaire tient toujours si votre libraire vous procure Le Survenant.

À bientôt

Mésange a dit…

Chère Anne, je n'ai pas eu le plaisir de lire ce livre mais je vais m'y mettre tout de suite.

Je me rappelle «Le survenant» de cette lecture obligée dans les cours de littérature. À cette époque l'intrigue m'intéressait plus que la forme d'écriture; j'étais jeune! Je n'ai pas apprécié à sa juste valeur le contenu de ce livre. C'est une lecture que je vais également reprendre. Merci de nous inviter à de si beaux moments de détente! Bonne et douce journée chère Anne!

Anne a dit…

Merci beaucoup de toutes ces précisions, Marie-Josée.
Vous me tentez avec les recettes de pâtisserie qui ont l'air délicieuses. Je remarque qu'on connaît l'art de vivre en douceur et en plaisir au Canada.
Bonne fin de semaine!

Anne a dit…

Merci à vous, Mésange, pour votre gentillesse. Je vous souhaite une très agréable fin de semaine. A bientôt!