Membres

mardi 16 février 2010

Carnaval


dessin de Seurat


"Sur le mode mineur - je cite à dessein le Verlaine des Fêtes galantes - nos déguisements, nos fuites, nos quiproquos exprimaient ce doute sur la cohésion du moi que le philosophe retrouve, angoissé, dans le silence de son cabinet. [...]
A l'aube, les dernières danseuses, un peu lasses, attendant leurs gondoles retardées par l'encombrement des adieux, s'assirent sur les beaux tapis du débarcadère. Quand, du centre de leurs grandes robes épanouies, elles se retournaient pour parler à leurs cavaliers, elles semblaient jouer au naturel l'Embarquement pour Cythère. C'était bien la scène qui convenait à la fin d'un rêve."
Alfred Fabre-Luce

22 commentaires:

Alba a dit…

Curieux de retrouver cette lithographie ce matin, ce fut un cadeau d´une tante parisienne.

Je vois que le printemps affleure dans votre blog.

Merci de ce beau muguet.

Anne a dit…

Bonjour, Alba. Merci de lire mon blog, même les anciennes publications. Je vous souhaite une bonne semaine.
Anne

Les Idées Heureuses a dit…

Ah! Ces dessins de Seurat !
Je me rappelle avoir été marquée par la salle où été exposés ces magnifiques "crayonnages", pour moi travaillés en négatif, le papier donnant le relief et les contours du sujet.
En quelle année cette exposition à Paris?. Peut-être 91-92? J'ai l'impression que c'était hier.

Michelaise a dit…

Quand, du centre de leurs grandes robes épanouies... cela donne à rêver !!

Anne a dit…

Martine, je suis ravie de vous rappeler cet agréable souvenir.

Michelaise, cet extrait d'un texte sur un bal au palais Labia m'a fait rêver, comme vous.

Bonne journée à toutes les deux.
Anne

VenetiaMicio a dit…

Moi ce qui me fait rêver c'est ....A l'aube, les dernières danseuses, un peu lasses...
C'est encore la jeunesse ! juste un peu lasses !
bonne journée
Danielle

Anne a dit…

Bonne journée à vous aussi, Danielle.
Anne

James Owens a dit…

Un beau dessein! On n’a pas de Carnaval ici … c’est un manque triste….

Anne a dit…

Bonjour James. Chaque Carnaval porte les caractéristiques du pays qui le crée et avoir une fête à inventer me semble un joyeux projet.
Bonne journée!
Anne

Astheval a dit…

Hier, le bonhomme carnaval a été jugé et brûlé à Granville... et voilà, la fête est terminée pour cette année.

Anne a dit…

Merci, Astheval: cette nouvelle signifie que l'hiver a disparu. Vive le printemps!
Anne

Evelyne a dit…

Je rêve non pas de me rendre à Venise pour le carnaval mais à Bâle...se lever à cinq heure du matin et suivre en silence le cortège...un grand moment de spiritualité.
Mais est-ce encore ainsi ?
Bonne soirée.

Anne a dit…

Evelyne, je vous propose de consulter le blog de Béatrice; elle a publié des photos et des remarques sur le Carnaval de Bâle auquel elle a assisté. Vous pourrez lui poser directement toutes vos questions dans les commentaires. Son blog: beatrice De (vous pourrez y accéder par la colonne de gauche de mon blog, si vous le souhaitez). Bonne journée.
Anne

Jean a dit…

J'aime bien Seurat...mais que je trouve injuste son importance par rapport à celle de Signac !

Seurat me semble si rigide ,si froid, si prisonnier de la ligne , de la technique !

Signac est la joie , la liberté ,la soif de ce qui est derrière l'apparence ,un héritier de Van Gogh .

Bien entendu , je sais que j'exprime un point de vue minoritaire . Mais c'est ce que je ressens depuis des années , il fallait que cela sorte un jour ou l'autre .....
Je vous souhaite une journée joyeuse malgré ce temps bien gris .

Anne a dit…

Bonjour, Jean. Nous n'allons pas être du même avis en ce qui concerne Seurat. En effet, je trouve à Seurat beaucoup de sensibilité en ce sens qu'il s'est attaché, tant dans ses dessins, monotypes ou peintures, à traduire la vibration de la lumière (parfois à l'aide d'un travail sur les mélanges optiques), cet élément impalpable qui est le contraire de quelque chose de glacé attaché à la seule technique.
Cela n'enlève rien à Signac.
Bonne journée à vous aussi.
Anne

Jean a dit…

Oui, même si je n'aime pas beaucoup Seurat ,j'ai lu depuis longtemps ses recherches sur les couleurs .
Mais ...dans le fond , il n'a fait , à ce sujet , que développer la technique déjà mise au point par les impressionnistes.
La vibration de la lumière , la pureté des couleurs est une découverte impressionniste : juxtaposition , par exemple , du jaune et d'une quantité moindre de rouge (poids respectif des couleurs )pour obtenir un orange vivant .
Les découvertes de Monet en particulier pour exprimer les vibrations de la lumière sur la neige ont été mise en pratique avant même que Seurat commence à peindre .
Découverte impressionniste encore de la présence du bleu dans l'ombre (que j'ai accentuée dans la photo de neige que j'ai mise aujourd'hui ) .
Enfin , Impressionnistes et post-impressionnistes ont largement utilisé de la couleur d'un objet sur les objets voisins .
( Ce que j'ai encore tenté de montrer dans la photo des pommes rouges et jaunes il y a quelques semaines )

Seurat est allé un peu plus loin...mais , pour mon goùt , au détriment de la vie de ses toiles .
Il faut bien que de temps en temps nous ne soyons pas d'accord !
Ce serait bien ennuyeux si nous partagions toujours les mêmes ressentis !
Nous nous ennuierions !

Jean a dit…

En relisant je vois que j'ai oublié d'écrire un mot .
Il faut lire :
Impressionnistes et post-impressionnistes ont largement utilisé le fait que la couleur d'un objet est influencée par la réflexion de la couleur des objets voisins .
je vous prie d'excuser mon étourderie .
Bonne soirée .

Anne a dit…

Merci, Jean. J'avais compris cependant ce que vous vouliez dire. Vous citiez d'ailleurs l'exemple de vos pommes, une photo superbe dont je me souviens bien.
Pour en revenir à Seurat, je pense que ce qui dérange parfois dans sa peinture (alors que ce n'est pas le cas en noir et blanc puisque l'imagination supplée au manque de couleurs), c'est que l'air qui circule entre les êtres figurés paraît frais, voire froid, à cause du choix des couleurs, alors que nous sommes naturellement attirés par une palette chaude. D'autre part, certains de ses personnages adoptent une attitude qui semble les figer. Je crois qu'il s'agir de fixer un instant sur la toile, une immobilité du présent qui sera perdue juste après. En cela, ses peintures sont émouvantes.
J'aime bien que nous ne soyons pas toujours d'accord, cela nous permet de discuter.
Bon weekend!
Anne

Jean a dit…

Cette fois ci , nous sommes d'accord .
En effet , ce qui me dérange chez Seurat , c'est précisément son choix de tonalités froides et la fixité de ses personnages .

En particulier ,dans sa toile la plus célèbre :"Un dimanche après midi à l'Ile de la Grande Jatte " on a l'impression que tous ses personnages sont immobiles , pétrifiés , même ceux qui sont debouts .

Vous voyez , même sur nos points de désaccord , nous trouvons un terrain d'entente .

Par contre , un jour ou l'autre , il faudra trouver le temps , mais pas sur nos blogs , par échange de mails , échanger davantage au sujet de notre désaccord principal :le comportement du haut clergé aujourd'hui et pendant les siècles passés .
La religion est une part très très importante de ma vie et , même si actuellement je pratique surtout les exercices orientaux , je n'ai pas du tout oublié mon origine chrétienne .

Anne a dit…

Oui, Jean, il y aura certainement beaucoup à dire.
A bientôt.
Anne

beatrice De a dit…

Merci, Anne de faire de la pub pour mon blog.
Evelyne est une abonnée, je pense qu'elle a suivit la farandole des photos. C'est là, qu'elle a du avoir eu vent du petit levé, non du roi, mais de la population bâloise et des touristes venus pour l'événement, à 4h. du matin.
Il n'y a pas qu'à Bâle,où il est judicieux de se lever très, très tôt. Le marché aux poissons de Tokyo, est lui aussi, une sacré farandole... presque tous les jours de l'année.
En tous cas, c'est très sympa de vous être aussi abonnée au blog Japon.

beatrice De a dit…

Pour James. C'est où chez vous ?
A Lausanne il n'y avait pas de carnaval non plus. Les autorités ont voulu en créer un.*La fête du soleil *. Mais il est très difficile de recréer une fête qui vient du fin fond du Moyen Age, avec de bonnes raisons d'exister, soulever le couvercle de la marmite, si non elle va exploser toute seule, et faire plus de dégâts.
La fête du soleil me passe en dessus, c'est un peu n'importe quoi.