Membres

lundi 11 mai 2009

Les Ostensions en Limousin

L'église de Javerdat

La bannière de Saint Blaise

Détail de la châsse de Saint Martial, premier évêque de Limoges

Les Ostensions septennales de la Haute-Vienne débutent à Limoges et continuent dans des communes qui conservent des reliques d’un saint. Ces reliques sont transportées d’une localité à l’autre et sont montrées aux fidèles pendant la messe et tout au long d’une procession dédiée aux saints des paroisses ostensionnaires.
Les premières Ostensions se déroulèrent à Limoges en 994. La population souffrait alors d’une grave épidémie nommée « le mal des Ardents » due à l’ingestion répétée d’un champignon, l’ergot de seigle, qui avait contaminé les céréales. L’ergotisme entraînait divers troubles, dont une sensation d’intense brûlure et une gangrène progressive des membres dans les formes sévères de l’intoxication. L’évêque de Limoges ordonna un jeûne de trois jours et fit présenter aux croyants le corps exhumé de Saint Martial, patron et protecteur de la ville. Tous les évêques d’Aquitaine furent conviés à Limoges et de nombreuses reliques furent apportées afin de guérir les malades par l’intercession des saints. Plus tard se créèrent des confréries ayant en charge les reliques.
Les Ostensions limousines peuvent également avoir lieu pour célébrer un événement religieux important ou pour honorer des visiteurs de haut rang. En dehors de ces Ostensions exceptionnelles, les Ostensions dites « ordinaires » se déroulent tous les sept ans, comme celles de Javerdat, par exemple, dont on peut voir quelques photos prises le 8 mai dernier.

14 commentaires:

Minemine et coe a dit…

On comprend que les églises ne se sont pas vidées en Limousin puisqu'il se trouve des fidèles pour suivre ces traditions.
Je réalise qu'à l'époque où l'Église avait un pouvoir, elle devait résourdre des problèmes bien concrets tel que cette épidémie. Le conseil d'un jeûne faisait du sens.
Linda

norma c a dit…

J'adore votre première photo !
Merci pour cette chronique si riche.
Norma

norma c a dit…

Nous attendrons donc le lundi soir avec impatience.
Je vais, pour ma part, essayer de continuer dans la publication quotidienne, au moins jusqu'à l'été...
Norma

beatrice De a dit…

Bonjour Anne. Suis ravie que vous ayez réitéré la liste des abonnés fidèles. C'est plus facile d'aller dans votre blog. Par contre, cela m'a donné l'occasion d'aller voir sur vos sites, que je n'ai pas encore eu le temps de tout lire. Ma voisine d'en dessous, a le même métier que vous. Elle est Anglaise, et s'appelle Louise. Vous ne devez pas être légion dans votre spécialité. Je dirais son nom de famille avec sa permission.Elle est souvent en congrès. Elle à une collection de colliers cartes d'identité, que je vois quand je vais arroser ses plantes.
Comme ce blog est *anglais * (je crois), c'est elle qui m'a appris à naviguer dans ce blog. C'est une chercheuse, elle ne voulait pas lâcher avant d'avoir trouver, ses mouvements de doigts en disaient long sur son obstination. C'était rigolo. De toutes façon le monde est un village.
Dans le limousin, j'y suis allée pour un trophée d'orpaillage. J'étais avec une orpailleuse de Haute Savoie à St Irieux la Perche. La seule Suisse qui avait bien voulu se déplacer, pour ce petit trophée... Beaucoup moins sérieux qu'un championnat du monde.Une sacré trotte depuis Lausanne. Quand c'est loin, je profite pour visiter la région en prenant quelques jours.Hélas ma *collége* était pressée de rentrer. C'est pour ça que je préfère voyager seule.
Quand aux processions, J'en ai pratiquées ä Minorca, en Espagne, où j'ai habité 1 année et 4 mois.Surtout les *grand cabuzos* (orthographe) à Pâques. La même chose, étonnamment, à Romont en Suisse, où la tradition perdure. Dans le canton de Vaud, région réformée ( protestante )il n'y a pas de procession. Mais un cortège du premier mai....
Des photos de la procession de Romont existent en argentique. Peut-être aurais le temps de les scanner d'ici Pâques prochain, ou de retourner faire des photos sur place.
Des photos d'orpaillage, j'en publierais quelques unes du championnat du monde de l'année passée, en Espagne, cet été. Mais avant, nous auront le championnat suisse open. Avis aux orpailleurs qui liraient cette missive. Bien cordialement. Béatrice.

Jean a dit…

"....Les Ostensions limousines peuvent également avoir lieu pour célébrer un événement religieux important...."

Je me suis toujours demandé quel pouvait être la relation étroite entre ces pratiques plus ou moins superstitieuses et le message du Christ .

Lire et essayer de VIVRE Les Evangiles ,serait un évènement extraordinaire , bien plus important que de promener dans la rue des horipeaux .

Anne a dit…

Vous avez raison: la "lectio divina" est essentielle. Cependant les reliquaires ne sont pas tout à fait des oripeaux et chacun doit être libre d'exprimer sa foi selon un chemin qui - pourquoi pas ? - pourrait "mener à Rome"... La "foi du charbonnier" n'est-elle pas respectable?
Anne

Jean a dit…

"...chacun doit être libre d'exprimer sa foi .."

Je suis en parfaite harmonie avec vous sur ce point .
Mais la question est de savoir si ces promenades de reliques dans la rue sont des actes religieux ou de la pure superstition .

Le Christ lui même dénonçait les idoles .
A mes yeux , la foule voit ces reliques comme des idoles .
Ce n'est pas de la foi , de la religion , c'est de l'idolatrie .

J'ai le plus profond respect pour toutes les religions , que ce soient les Chrétiens , les Musulmans ,les Juifs, les Bouddhistes , les Hindouistes , et même le Chamanisme .
A condition que ce soit dans le respect de l'âme de ces religions , pas dans l'utilisation de la naïveté des personnes non instruites .

Je repose donc ma question : quelle est la relation étroite entre le fait de promener ces objets dans la rue et la VIE des Evangiles ?

N'est ce pas , au contraire , enfoncer le peuple dans l'ignorance ?

Que les organisateurs de ces manifestations , s'ils tiennent absolument à une action spectacle , qu'ils aillent , par exemple , aider des SDF à trouver un logis stable .

Certes , des organismes comme Emmaus donnent le bon exemple , mais le haut clergé , le pape en particulier , montre si souvent l'inverse : se faire appeller Monseigneur , habiter dans un palais ,avoir une armée de domestiques , de gardes du corps , de chauffeurs .

Respecter la foi , oui , oui , oui, mais où est la foi ?

Ceci dit , je vous remercie sincèrement pour la gentillesse de votre commentaire , en réponse au mien qui l'était moins ...
J'apprécie également beaucoup votre blog que je visiterai souvent .

Je vous souhaite une belle journée .
(Ici ...les nuages sont sombres , le soleil doit revenir demain ...)

Jean a dit…

En lisant votre profil , je vois que nous partageons l'amour de la musique du 18 ème et le grégorien .
Connaissez vous les différentes liturgies orthodoxes , les chants corses , de Sardaigne , l'étonnante richesse et diversité des chants bulgares ?

Anne a dit…

Merci de vos commentaires. Je vais essayer d'y répondre simplement en étant sincère. Le mot d'idole est très fort et, s'il peut exister une certaine confusion dans l'esprit de quelques personnes, elles ne sont pas pour autant, à mon avis, aussi éloignées de l'Evangile que vous l'imaginez. Les Limousins ne sont pas si naïfs ni sous-instruits, en tout cas pas plus que les autres et, pour ma part, je ne reconnais pas une élite intellectuelle qui manipulerait à sa guise un peuple toujours victime. Trop de sollicitude équivaut parfois à une forme de mépris. D'autre part, la véritable charité est discrète; elle existe, heureusement, mais ne parade pas dans les médias. Enfin, mais là encore, c'est un avis personnel,je ne m'offusque pas de la vie des prélats au Vatican. Ils ont leurs tâches et leurs responsabilités. Il est toujours facile de voir les choses de l'extérieur et je n'aime pas la facilité, car c'est donner trop de prix aux apparences.
Merci en tout cas de vos remarques. C'est bien de ne pas être entièrement du même avis et de pouvoir en parler; c'est une liberté précieuse.
J'admire les chants corses et de Sardaigne, mais je ne connais pas les chants bulgares. Peut-être avez-vous des références à me communiquer?
Je vous souhaite une agréable soirée et je vous félicite pour les photos de votre blog qui sont magnifiques.
Anne

Jean a dit…

On trouve dans le commerce de nombreux CD de chants bulgares .
J'aime beaucoup le CD le plus connu : "Le mystère des voix bulgares ".
Des chants très différents que ce que nous avons l'habitude d'entendre . Qui ne ressemblent pas du tout aux chants d'autres civilisations .

J'emprunte beaucoup de musique à la médiathèque ...et je ne retiens pas tous les titres ...J'ai oublié les références des autres compositions que j'ai aimées .
Par contre , j'ai été très impressionné par un CD de musique religieuse particulier .
C'était une compilation de, morceaux très anciens où l'on ressentait clairement l'influence des différents peuples qui ont envahi la Bulgarie au cours des siecles , en particulier la musique mongole et ses sons harmoniques très complexes .
Si vous aimez les harmoniques , avec de la chance , on peut trouver des enregistrements mongols extraordinaires . Les Mongols sont vraiment les plus riches et les plus complexes dans ce domaine là .

Au sujet bdes prélats du vatican , ils ont des taches comme tous les humains .Cela ne les dispense pas d'obéir au Christ qui demandait une vie simple , modeste , humble même .
Où est l'humilité de celui qui accepte d'être appelé monseigneur ?
Où est l'amour dans l'histoire des prélats qui , au cours des siecles , ont condamné tellement de personnes à être brûlées vivantes pour le simple motif qu'ils ne pensaient pas pareil ?
Le massacre des Indiens en Amérique du sud et centrale ?
Oui au Christianisme , non à ceux qui le bafouent !

Ceci dit , vous avez raison , il est très souvent utile de ne pas être toujours du même avis .
Je dirai même qu'une personne avec laquelle je me suis longtemps affronté sur internet est devenue ensuite l'une de mes meilleures amies !
Je vous souhaite également une belle soirée , le soleil arrive !

Anne a dit…

Merci, Jean, pour les références musicales. Je n’ai pas trop le temps d’aller en ville en ce moment, mais je vais essayer de me procurer des enregistrements pour les écouter au calme dès que j’en aurai l’occasion.
Il faut tenir compte de l’histoire pour ne pas répéter les tragédies du passé, vous avez raison. Mais je pense qu’aujourd’hui, l’Eglise s’efforce d’œuvrer pour la paix et la réconciliation et l’on ne peut qu’approuver cette attitude.
Certes, le clergé reste très hiérarchisé, mais il faut bien une organisation, non ? Quant aux titres des prélats, ils ne me choquent pas parce que je n’y attache pas une importance considérable et je ne suis pas certaine que ce soit si important pour eux également. Il faut bien les appeler d’une manière ou d’une autre, ils méritent du respect et de la courtoisie en tant qu’hommes mais aussi par rapport à leurs responsabilités qui ne sont pas toujours enviables. Ne serait-il pas embarrassant de ne pas savoir comment s’adresser à eux ?
Je vous remercie pour votre aimable réponse et je vous souhaite à mon tour une très bonne soirée.

Jean a dit…

"...Ne serait-il pas embarrassant de ne pas savoir comment s’adresser à eux ?..."

Certes , ce serait embarrassant !
Mais , s'ils prétendent être les intermédiaires entre le Christ et nous , pourquoi n'obéissent ils pas eux mêmes au Christ ?
Pourquoi donner le mauvais exemple ?
Le Christ prêchait la pauvreté , pourquoi là encore donner un si mauvais exemple avec leurs palais , leurs domestiques , leurs chauffeurs , leurs cuisiniers ?

Je suis très choqué de voir qu'au cours des siecles et encore aujourd'hui , de voir ceux qui prétendent être le relais de Dieu désobéir eux mêmes à Dieu de façon aussi évidente .

Sans oublier l'attitude plus qu'ambigue du pape pendant la dernière guerre mondiale , que ce soit le fait de bénir les canons de Franco ou le silence par rapport aux camps d'extermination des Juifs .

Sans oublier les remontrances de Jean Paul 2 contre l'évèque Mac Namara au Brésil , le seul évèque qui défendait les plus pauvres contre les injustices .

Je suis très très remonté contre la majorité du clergé , en particulier le haut clergé .

Par contre , je me sens très proche des moines contemplatifs et de ceux qui soignent les pauvres .

Je suis prèt à suivre celui qui cherche Dieu dans le silence de son cloitre ou dans l'action pour les plus démunis .

Mais je suis très sévère envers ceux qui abusent de la naiveté des moins instruits .

Vous , qui êtes instruite , vous pouvez , certes , ne pas donner d'importance à la vie des prélats car vous voyez au delà des apparences .
Mais la majorité du peuple , a-t-elle cette possibilité ?

En voyant les foules sur la place Saint Pierre , je doute de cette capacité !
Il faut essayer de penser comme la majorité , se mettre à la place de la majorité , de ceux qui ne vient pas plus loin que le bout de leur nez .
Ce que j'écris là est l'inverse du mépris .
Voir la maladie d'une personne n'est pas la mépriser , c'est au contraire l'aimer et faire notre possible pour l'aider .
On ne peut soigner une personne si on ne sait pas qu'elle est malade .

C'est pour cette raison que j'essaie de me mettre à la place de cette majorité qui dépense son argent au loto , qui écoute la publicité , qui hurle dans les stades , qui regarde les films de violence à la télévision .
Ce sont ces pauvres qui doivent être aidés en donnant le bon exemple .
C'est à cause d'eux que les prélats ont le devoir d'obéir au Christ .

Je suis très heureux de voir la gentillesse de vos réponses à mes commentaires pas toujours tendres .
Cela montre votre sincérité , votre ouverture , de la générosité .

J'espère que sur d'autres sujets que les prélats nous continuerons ces échanges .

Je ne sais pas où vous êtes , mais ici , en ouvrant les volets ...le ciel est bleu , le soleil brille !
Je vous souhaite la même beauté , la même chaleur .
Jean

Jean a dit…

Je relis votre commentaire sur mes dernières photos .
J'en suis ravi car , contrairement à ce que vous pourriez croire , les commentaires correspondent rarement à l'objectif que j'avais en prenant la photo .
Je suis très heureux que vous ayez ressenti la complémentarité entre les deux images .

Oui , dans celle de dimanche j'espérais exprimer la paix , le calme , la contemplation , l'intériorisation .

Celle de hier , comme vous l'écrivez bien , est une ode à la joie , à l'espérance , des bras tendus vers le ciel .

Je vous en remercie profondément .

Anne a dit…

Je viens de lire vos remarques, Jean, et j'y ai répondu en partie dans les commentaires qui font suite à "une rencontre littéraire".
Je ne vous suis pas en ce qui concerne les gens que vous prétendez "instruits" et les autres(immédiatement, par principe, je me sens proche de ces "autres", même si je ne partage pas leurs goûts et leurs habitudes). Personnellement, j'ai horreur du football, par exemple, mais je comprends que cela puisse intéresser d'autres personnes et susciter leur enthousiasme (pas leur violence). J'aime la diversité de ce monde. Tout ne se vaut pas, certes, mais le "bon exemple", lorsqu'il s'affiche de manière trop directive, produit souvent l'effet inverse de ce qu'on attendait et c'est bien normal. Personne n'aime les leçons de morale, seule la douceur peut convaincre.
J'accorde peu d'importance au titre des prélats, pas à leur vie qui, ne vous en déplaise, a son utilité au service des hommes, même si nous la comprenons mal et même si elle n'appartient pas à l'engagement humanitaire surmédiatisé.
J'espère ne pas vous avoir blessé par ma franchise. Je comprends votre raisonnement et vos aspirations, mais je n'y souscris pas entièrement car je n'éprouve pas de ressentiment et, encore une fois, je me garde de porter un jugement sur des apparences.
J'ai toujours beaucoup de plaisir à contempler vos superbes photos.
Anne